Sahara Occidental

MONDE


L'Union africaine (UA) a isolé lundi à Addis-Abeba le Maroc et exprimé son soutien à la relance des négociations directes entre le Maroc et la République arabe sahraouie démocratique (RASD).

Réunis dans le cadre de la trentième session de la Conférence de l’Union africaine, les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont exprimé, dans leur décision (Assembly/AU/Dec.14 (XXX), adoptée ce jour par consensus, leur soutien à la relance du processus de négociation entre le Maroc et la RASD en vue de parvenir à une solution "durable" au conflit du Sahara occidental, qui soit "conforme à la lettre et à l'esprit des décisions pertinentes" de l'Organisation de l’Unité africaine, de l’Union africaine et des Nations unies.

La Conférence a, par ailleurs, réitéré son appel aux deux Etats membres, à s’engager, "sans conditions préalables", dans des pourparlers "directs et sérieux", facilités par l'UA et l'ONU pour la tenue d’un référendum "libre et juste" pour la détermination du peuple du Sahara occidental.

Tout en réaffirmant sa disponibilité à réactiver le Comité des chefs d'Etat et de Gouvernement sur le Sahara occidental, institué par l’OUA en 1978, la Conférence a lancé un appel en direction des deux parties pour coopérer pleinement avec le Haut Représentant de l'UA pour le Sahara Occidental, l'ancien Président mozambicain, Joaquim A. Chissano, et l'Envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies, Horst Kohler.

Dans le même temps, la Conférence a invité le Maroc, en tant qu'Etat membre de l'UA, à permettre le retour de la mission d'observation de l'UA de retourner à El Aaiun, au Sahara Occidental, et de permettre également un "suivi indépendant" des droits de l'Homme dans le Territoire.

La Conférence a, en outre réitéré ses précédents appels, en particulier sa déclaration adoptée lors de sa 24ème session ordinaire tenue à Addis-Abeba, du 30 au 31 janvier 2015, sur le Forum de Crans Montana, une organisation basée en Suisse, pour que celle-ci s'abstienne de tenir ses réunions dans la ville occupée de Dakhla, au Sahara occidental, et a appelé, à cet égard, tous les Etats membres, les organisations de la société civile africaine ainsi que les autres acteurs concernés à boycotter la prochaine réunion prévue du 15 au 20 mars 2018.

Il est à signaler que le Maroc a été le seul Etat membre à exprimer des réserves. Ce fait a été mis en exergue par le Président Rwandais, Paul Kagame, Président en exercice de l’Union africaine.
(SPS)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

| Designed by Colorlib