Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du octobre, 2013

LA COUR DEVIENT UNE BASSE-COUR

Au début du règne de Mohammed VI, le holding royal ONA, dont le monarque et sa famille possèdent des titres, va mal. Très mal, même. Un an plus tôt, en 1999, il a dû emprunter 500 millions de dirhams (50 millions d’euros) aux banques pour repousser un magnat de la finance, Othman Benjelloun, qui venait de lancer un raid boursier sur la SNI, un autre holding royal1. Puis, dans les deux ans qui suivent, l’ONA pâtit de la stratégie désastreuse de Mourad Chérif, qui y sévit comme P-DG de 1999 à 2002. Surnommé « Mourad II 2 » par ses employés en référence au calife ottoman Mourad Ier, Chérif est atteint d’un sévère syndrome d’autosuffisance et reproduit à volonté les compor­tements du Makhzen : obséquieux avec les puissants, odieux avec les faibles. C’est ainsi qu’il fait volontiers patienter deux heures durant les administrateurs de Danone, pourtant associés de longue date de l’ONA au sein de la Centrale laitière. Mais le plus grave n’est pas là. Mourad Chérif se pique d’avoir une vision d…